DOUZE BONNES RAISONS DE VISITER TUPIZA

 

DIFFERENCE: Tupiza, petit village tranquille, contraste avec les grandes villes bruyantes et mérite que l’on s’y arrête, ne serait-ce que pour une journée, afin de découvrir des parages difficiles à trouver sous d’autres latitudes. C’est un endroit différent où il est possible de jouir de la nature à n’importe quel moment de l’année.

CALME: Ceux qui cherchent le contact avec la campagne, la paix, le repos, les montagnes. Ceux qui aiment la nature flore– faune et ont du plaisir à faire des promenades tranquilles à pied ou à cheval, trouveront à Tupiza l’endroit idéal. Il est possible de faire des promenades courtes près de l’hôtel.

SECURITE: C’est l’une des zones les plus sûres de Bolivie. Aussi bien dans la ville que dans ses environs, on peut circuler sans crainte à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit.

INFRASTRUCTURE: La SOCIÉTÉ HOTELIÈRE MITRU a une offre variée de chambres sûres et confortables à des prix accessibles.

OFFRES: Ses montagnes, canyons et parages merveilleux semblent tirés du grand écran et des mises en scène les plus exigeantes de la célèbre série de cartoons américains « Bip-Bip et Coyote » et sont très difficiles à trouver ailleurs sur la planète. De beaux circuits sont proposés tels que : LA TRAVERSÉE DES BRIGANDS, des randonnées dans des VALLÉES ET DES CANYONS, du tourisme rural, du TREKKING, des PROMENADES À CHEVAL. A noter, par ailleurs, que Tupiza, constitue LA MEILLEURE PORTE D’ACCÈS vers les lagunes Celeste, Verde et Colorada, les déserts de sel et les volcans enneigés qui font partie du CIRCUIT DU SUD OUEST BOLIVIEN.

CLIMAT: Le climat y est tempéré, la température permet de jouir du plein air pendant une grande partie de l’année. Les températures oscillent entre 2º et 18º C en hiver, 8º C et 35º C en été. Le ciel est pur et la pollution atmosphérique inexistante.

CORDIALITÉ: Le « Chicheño » (habitant de la province de Chichas, Note de la Traductrice) qu’il soit citadin ou campagnard, est un excellent hôte, aimable par nature, attentionné et fier des traditions dont il est l’héritier. La plupart des « chicheños » est titulaire du bac, a des diplômes techniques ou universitaires et la région compte une riche palette d’écrivains, de musiciens et d’importantes personnalités d’envergure nationale.

SERVICES: La ville compte des services d’électricité, d’eau potable et d’assainissement. On y trouve des écoles, des collèges, des instituts technique et des universités. Elle est très bien connectée grâce à d’excellents services de télécommunications de longue distance, des porrtables et d’internet ADSL.
Il N’EXISTE pas de DISTRIBUTEURS AUTOMATIQUES DE BILLETS ; il est possible cependant d’obtenir de l’argent liquide à la banque, moyennant une commission de 5% (du lundi au vendredi).

HISTOIRE: Tupiza constitue un pont entre l’histoire espagnole et l’histoire américaine et on y trouve des témoignages de l’époque des colonisateurs et de la population pré-colombienne.

ACCÈS: Tupiza est liée au reste du pays et aux pays voisins par un réseau de routes stables, et elle compte un service sûr et permanent de bus de ligne et de trains.

ECONOMIE: Elle est basée sur les mines et l’agriculture. Le maïs et l’ail constituent les cultures les plus rentables.

LA VILLE: La ville conserve une atmosphère coloniale à l’intérieur de laquelle se détache la cathédrale dont la fin de la construction date du XVII SIÈCLE. Sur la place, on peut apprécier la statue de Monsieur Avelino Aramayo et, dans les environs, se trouvent les deux seuls musées du village. A proximité, on découvre le mont Coeur de Jésus un beau mirador depuis lequel il est possible de capter, comme s’il s’agissait d’une photo, le moment magique où le soleil couchant baigne le village de ses nuages colorés. De l’autre côté de la rivière, se dresse Chajra Huasi –maison de paille, une imposante demeure des années 1870 ; très près de là, on découvre le Mont de la Croix, montagne de couleur rouge, facile d’accès, du haut de laquelle on jouit d’une vue panoramique de toute la ville ainsi que de la cordillère des Chichas.